greenisuniversal3_FR_lecran

Cinéma : vers une industrie Green

Enchanté par la musique de Yesterday, je suis resté dans la salle plus que d’habitude. J’ai vu le générique jusqu’à la fin, et avant que l’écran ne devienne complètement noir, j’ai découvert un logo vert à côté d’une petite ligne de description qui disait: “Ce film a été produit selon des normes de production durables afin de réduire son impact sur l’environnement” ou quelque chose de similaire. En tant que bon millennial inquiet pour la planète, le message m’a apporté beaucoup de curiosité et une question s’est posée dans ma tête : est-ce que quelqu’un se soucie vraiment de l’environnement dans l’industrie cinématographique ou s’agit-il simplement de greenwashing? Pour trouver la réponse, il me fallait dépoussiérer les techniques de recherche et d’analyse de mes années passées à l’école de journalisme.

Green is Universal est une initiative de la compagnie NBCUniversal, qui vise à intégrer une perspective environnementale à tout ce qui a trait aux nombreuses marques appartenant au groupe. Ses objectifs sont assez larges, car elle a l’intention d’intégrer le message écologique dans son contenu d’information et de divertissement ainsi que dans ses pratiques de travail internes.

Comme indiqué sur son site officiel, cette branche de la société profite de la taille et de la puissance du groupe pour diffuser des modes de vie écologiques à plus de 100 millions de consommateurs par mois. Ces objectifs et initiatives sont très ambitieux et semblent honnêtes, mais le fait d’avoir autant de domaines d’actions minimise-t-il leurs chances d’efficacité ? Difficile à vérifier, à cause de leur ampleur.

Une chose est certaine, malgré ses grands efforts dans le monde de la télévision, sa présence sur de nouvelles plateformes et sur Internet laisse beaucoup à désirer. Avec une chaîne YouTube dont la dernière vidéo date de 2017 et des réseaux sociaux presque sans engagement, nous espérons que les efforts non investis dans leurs communications le seront dans leur mission principale, qui est de construire un monde audiovisuel durable.

Une industrie éco-responsable

Green is Universal prétend véritablement agir sur toutes les marques et tous les produits de la compagnie. À grande échelle, tel que les parcs d’attractions Universal, comme à petite échelle, tel que l’emballage de ses DVD et Blu-Ray. Cependant, ce qui nous interesse vraiment, c’est l’espace audiovisuel. Et c’est là que nous pouvons montrer que le travail est efficace. Depuis 2007, l’ONG Environmental Media Association attribue le certificat Green Seal aux produits audiovisuels qui respectent un minimum spécifique de ses normes de production durable. En outre, à partir de 2017, l’EMA a créé le Gold Seal, destiné aux audiovisuels qui respectent beaucoup plus que le minimum.

Rien qu’en 2019, NBCUniversal a obtenu 26 Gold Seals et 25 Green Seals, bien au-dessus des autres grands studios tels que Warner Bros, qui en a obtenu 15 et 27, et Disney, avec 8 et 9. Ce qui démontre l’engagement de la compagnie à changer l’industrie depuis l’intérieur.Pour être plus précis, les sociétés de production cinématographique Focus Features et Universal Pictures, ainsi que la production de contenu télévisé à partir de chaînes telles que NBC, SYFY, Universal et Telemundo, mettent en œuvre des processus permettant une utilisation efficace de l’électricité, des économies d’eau, une gestion responsable des déchets et la réutilisation des matériaux, afin de réduire l’empreinte carbone et l’impact environnemental de ses produits et activités. Et pour y parvenir, ils ont créé des plans de guidage sous forme d’infographie pour éduquer et motiver leurs équipes.

Infographies de formation pour les équipes de production et de bureau

Loin du but, mais sur le chemin

Que les problèmes environnementaux passent inaperçus dans l’industrie cinématographique ne signifie pas qu’ils sont insignifiants. Selon une étude de l’Université de Californie Los Angeles, l’industrie audiovisuelle a davantage contribué, entre 2003 et 2005, à la pollution générale de la région que d’autres grandes industries telles que l’aérospatiale ou l’hôtellerie. De même, les estimations de l’étude de l’UCLA concluent que la consommation excessive d’énergie électrique et les déplacements en voiture sont les problèmes les plus graves. Un autre problème d’égale importance pourrait être la production extrême de déchets. Lynn McFarlane, PDG de Dresd, a déclaré dans un article d’Eco-Age: « Nous avons bougé vers l’industrie du film et de la télévision parce que nous avons appris qu’il existait en fait cette industrie monstrueuse, qui est merveilleusement créative, mais qui gaspille énormément de ressources à la fois« .

Par conséquent, le fait de découvrir que des films dotés de budgets importants et de haute qualité ont été créés dans un souci de protection de l’environnement est un triomphe: Yesterday a fait don de 1300 kilos de nourriture restants du traiteur, environ 2383 repas pour les gens dans le besoin. Us a fait don de 7500 $ de jouets utilisés sur ses scènes de plage à des enfants de la région. BlacKKKlansman a utilisé un éclairage LED pour économiser de l’énergie et le département des transports a utilisé une remorque alimentée uniquement par l’énergie solaire. First Man a réutilisé le matériel du film Pitch Perfect 3 pour la construction de leurs plateaux. À la fin du tournage, ils ont fait don de plus de 1 300 kilos de matériel de construction à une ONG locale. En plus de nombreuses autres mesures de recyclage et d’économie.

Après cette brève recherche, je suis agréablement surpris, car découvrir que le NBCU n’est pas le seul à se soucier de la planète est en soi une réussite. Bien que ce soit le groupe avec le plus de certificats, il est loin d’être le seul. D’autres grands studios commencent également à travailler de manière plus responsable. Et dans une industrie aussi massive et active que celle du cinéma, il est nécessaire d’adopter ce genre d’attitude pour contrer les dégâts énormes causés par le passé. Nous devons agir et avec force, nous le savons tous. Le moment est maintenant.

César Noguera Guijarro

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *